Gestion de crise exemplaire

--

Date: 16 mars 2020
Auteur: Daniel Nadeau

Au temps du coronavirus, on retiendra que le premier ministre Legault se révèle comme un excellent gestionnaire de crise. Il faut dire que le sujet qui inquiète beaucoup la population est favorable pour quiconque choisit de communiquer régulièrement et de dire les vraies choses, même les moins agréables à entendre. On peut voir la différence d’ailleurs avec la gestion de cette même crise par le gouvernement fédéral. Pourtant, si l’on se donne la peine de regarder et d’écouter les médias anglophones, on en déduira que le gouvernement du Canada communique beaucoup et efficacement.

Ce qui fait la distinction c’est vraisemblablement le fait que la ministre de la Santé est anglophone et que c’est moins convaincant d’entendre un Pablo Rodriguez ou une Mélanie Joly sur la question de la pandémie que la ministre de la Santé. Outre la question de la langue, il y a aussi le désaccord entre le gouvernement Legault et le gouvernement Trudeau sur la question des frontières. Dans certains milieux nationalistes québécois, on souhaite la fermeture des frontières. Ce qui est une éventualité peu efficace au fond quand on regarde l’expérience chinoise.

Il faut dire cependant que ce que l’on reproche à Justin Trudeau est la faiblesse de son leadership et cela est largement attribuable à la gestion de la crise des voies ferrées. La proximité des deux crises dans le temps est défavorable au premier ministre Justin Trudeau. L’idée qu’il soit incapable de prendre des décisions lui colle à la peau depuis l’affaire SNC Lavalin.

Quoiqu’il en soit, je crois que la crise est très bien gérée par les deux gouvernements même si le gouvernement Legault a une meilleure image et qu’il est plus efficace. Ce qui ne signifie pas pour autant que la gestion de crise par le gouvernement du Canada est nulle. Ici, il faut se rappeler la juridiction de chacun des ordres de gouvernement qui est nettement à l’avantage du gouvernement du Québec. Par ailleurs, le flou artistique autour de l’accueil des voyageurs tant canadiens qu’étrangers dans les aéroports fait très mal à l’image de Justin Trudeau. Des correctifs devraient être apportés rapidement s’il veut en sortir sans blessures mortelles.

Il n’en demeure pas moins que nous sommes devant une crise sanitaire sans précédent et que nous avons à passer un moment difficile où toutes nos habitudes sont changées. Nos droits et nos libertés sont mis à mal. La seule note positive de cet événement c’est que nous diminuerons de façon draconienne la production des gaz à effet de serre. L’époque du coronavirus introduit des choses qu’il faudra bientôt faire pour sauver l’humanité en lien avec les changements climatiques. Des actions efficaces demanderont le même type d’efforts et de changements que ceux exigés par la crise sanitaire. Voyons cela comme une répétition générale. La lutte contre les changements climatiques, une vraie lutte, causera autant d’émoi que celui que nous vivrons au cours des prochaines semaines et des prochains mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *