La peur

--

Date: 2 avril 2020
Auteur: Daniel Nadeau

Ce qui s’insinue en nous de façon insidieuse pendant cette pandémie du coronavirus que nous vivons c’est la peur. Quand on prend la peine de s’arrêter et d’y penser, la confiance est le liant le plus important pour faire société et se fondre dans une communauté. La confiance c’est ce qui nous permet de vaincre la peur et de surmonter nos angoisses. Ce qui tend à disparaître peu à peu en ce moment c’est cette confiance qui est le principal antidote à la peur.

Vous savez la confiance c’est peu, mais c’est aussi tout. Quand on circule en voiture dans une ville et que l’on a un feu vert à une intersection achalandée, nous avons confiance que les voitures venant à notre rencontre et ayant un feu rouge vont s’arrêter. C’est cette confiance qui nous permet de circuler en automobile dans les villes. Si vous voulez imaginer ce que donne la même situation lorsque la confiance n’est pas au rendez-vous, vous n’avez qu’à vous remémorer les événements où une panne du réseau électrique faisait en sorte que les feux de circulation n’étaient pas en fonction. C’est le bordel et l’insécurité s’installe. La peur d’entrer en collision devient omniprésente. Vous voyez où je veux en venir avec cette notion de confiance et de peur.

Si je reviens à mon propos central. La crise pandémique de la Covid-19 a cette particularité de faire naître la suspicion et de délier nos liens de confiance. Nous croyons que notre voisin revient de l’étranger et qu’il ne vit pas sa quarantaine. Nous sommes inquiets pour notre santé. Les responsables de la Santé publique édictent des règles à suivre, mais nous croyons que cela est exagéré. Vous vous rappelez de celles et ceux qui trouvaient il n’y a pas si longtemps que les médias exagéraient, en faisait trop. Aujourd’hui, certains veulent croire à un complot des pharmaceutiques pour retarder la création d’un vaccin afin de faire le maximum d’argent possible avec notre drame. Bref, la confiance s’estompe et la peur s’installe à demeure. Cela est malsain pour le lien social. Vaut mieux quant à moi prendre pleinement conscience du caractère dramatique de l’actuelle pandémie, mais garder confiance en nos institutions et en la science. Il faut faire preuve de solidarité. Le premier geste de solidarité que chacun de nous peut poser, c’est de vaincre notre peur et de ne pas prêter nos oreilles et nos yeux aux théories du complot. Il faut se faire confiance et avoir confiance dans l’humanité. C’est à ce seul prix que ça va bien aller…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *