La mutation de la presse écrite

--

Date: 23 août 2016
Auteur: Daniel Nadeau

À plusieurs reprises déjà, j’ai eu l’occasion d’écrire des billets sur ce blogue qui évoquait les transformations inévitables des médias d’information et tout particulièrement de la presse écrite. Celle-ci est à la recherche du nouveau modèle d’affaires idéal. Jusqu’à présent, aucun modèle ne s’est avéré concluant. Il y a le modèle hybride du journal Le Devoir, le modèle de La Presse+ et toutes sortes d’expérience sont tentées afin de rentabiliser les activités de ces grandes entreprises de presse.

Il m’apparait intéressant de se rappeler comment est né le modèle d’affaires actuel de la presse quotidienne imprimée. Ceux que cela intéresse peuvent lire à profit l’excellent ouvrage consacré à la question par le professeur d’histoire de l’Université Concordia et du collège John Abbott, Minko Sotiron. Dans un livre publié chez McGill-Queen’s University Press intitulé : From Politics to Profit. The Commercialization of Canadian Daily Newspapers, 1890-1920, Sotiron nous donne de nouvelles perspectives sur les relations entre le monde des affaires, la politique et la presse imprimée. Livre Minko Sotiron C’est un livre passionnant qui nous permet de mieux comprendre le passé, mais aussi d’éclairer le présent. On peut en déduire tout au moins de ce livre que les choses changent et qu’elles peuvent prendre de nouvelles formes. Ce qui devrait être encourageant pour les dirigeants de la presse écrite aujourd’hui.

Que nous raconte Sotiron quant aux changements qu’a connus la presse écrite à la fin du 19e siècle et au début du 20e? Il nous dit qu’au début, vers les années 1890, la presse écrite est considérée comme une affaire politique et c’est ce qui explique qu’elle est souvent contrôlée par des politiciens et financée par des partis politiques. Puis, arrive le début du 20e siècle où l’économie canadienne connait beaucoup de transformations et que le phénomène d’urbanisation et de la croissance des villes deviennent importants. Cela devient une occasion d’affaires pour des entrepreneurs qui investissent dans la presse écrite. La croissance du nombre des journaux, le coût croissant du capital nécessaire à la fabrication d’un journal et les changements technologiques quant à l’impression et les équipements de plus en plus sophistiqués pour l’engravure des photos transformeront à tout jamais l’industrie.

La concurrence étant de plus en plus féroce, les entrepreneurs géreront leurs entreprises selon des méthodes de gestion scientifique et ils chercheront à élargir leurs audiences de lectorat afin d’augmenter leurs revenus publicitaires. Les partis politiques perdront graduellement leur influence et les hommes d’affaires prendront leur place dans une logique d’affaire partisane, mais avec une approche plus « business ».

C’est dans le cadre de ces grandes transformations que la presse écrite telle que nous la connaissons aujourd’hui est née. Elle s’est, comme le montre Sotiron dans son livre, pleinement adaptée à son époque. Il n’y a pas de raison pour qu’elle ne réussisse pas à faire face à la montée de l’économie des réseaux et du Web.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *