Le Collectif, journal des étudiants de l’Université de Sherbrooke

--

Date: 12 mai 2017
Auteur: Daniel Nadeau

En septembre prochain, le journal Le Collectif fêtera ses 40 ans bien sonnés. Un journal étudiant fondé par l’Association étudiante de l’époque, l’AFEUS qui a pu compter sur l’énergie de madame Johanne Fluet et monsieur Claude Guay qui en ont été les premiers initiateurs. Dès la rentrée de 1977, ils ont lancé un appel à tous et trois étudiants se sont ajoutés au groupe pour former le premier comité de rédaction de ce journal. Il s’agissait de messieurs Marc Berthiaume, étudiant en histoire, Guy Larochelle, étudiant en littérature et de votre humble serviteur, aussi étudiant en histoire.

Au moment de la fondation de ce journal, une crise était en cours dans le mouvement étudiant de l’époque. Après la dissolution des grandes associations nationales étudiantes, il y avait deux visions de l’avenir du mouvement étudiant, une vision de combat et une vision de concertation. Vision révolutionnaire contre vision corporatiste. La PEN, Presse étudiante nationale, fut opposée à la toute nouvelle PEQ pour Presse étudiante du Québec. Même à l’Université de Sherbrooke, il y avait une forte mésentente avec l’ancien journal Caucus, ce qui a expliqué que l’AFEUS veuille créer un nouveau journal : Le Collectif.

Un parcours personnel ponctué de pointes gauchistes

D’âpres débats qui me rappellent de nombreux souvenirs. Quand je suis arrivé à l’Université de Sherbrooke, j’étais totalement vierge sur le plan politique bien que j’aie milité au Collège de Sherbrooke, mais ma compréhension fine des enjeux politiques était limitée, c’est le moins que je puisse dire. J’ai néanmoins connu une progression de ma conscience politique à vitesse grand V une fois étudiant à l’Université de Sherbrooke. Le principal déclencheur fut sans conteste l’étude de l’histoire. Puis, mon implication dans le journal étudiant qui m’a mené plus tard à militer à l’association des étudiants d’histoire puis à L’AFEUS. Au fil des ans, je me suis radicalisé et je fus de ceux qui croyaient que les étudiants devaient s’allier aux travailleurs et aux organisations syndicales pour changer la société québécoise. Je fus très près de militants de la Ligue ouvrière révolutionnaire (LOR) et je faisais même du bénévolat à la Librairie rouge sur la rue Frontenac au Centre-ville de Sherbrooke.

Mais ma connaissance de plus en plus fine de l’histoire de l’humanité, particulièrement de l’époque médiévale et de l’époque contemporaine, sans oublier l’incontournable histoire du Québec et du Canada m’a amené à mieux comprendre certains phénomènes et à nuancer mes certitudes. Si bien que je suis devenu un social-démocrate qui croyait à l’économie de marché, à l’initiative privée et à la redistribution de la richesse. L’État à un rôle important à jouer dans la société.

Printemps de force : Un excellent livre

Tout cela pour dire que mes années d’universités furent de loin parmi les plus heureuses de ma vie. J’y ai appris tant de choses. Toutes ces réminiscences me sont venues en lisant l’excellent livre tout juste publié d’Arnaud Theurillat-Cloutier chez Lux éditeur intitulé : Printemps de force. Une histoire engagée du mouvement étudiant au Québec (1958-2013).

Voici ce qu’en dit l’Éditeur : « L’année 2012 a vu émerger sur la scène politique québécoise un mouvement étudiant combatif, déterminé et uni. Or le Printemps érable, loin d’être un phénomène de génération spontanée, est le fruit d’une longue histoire dont les racines plongent jusqu’aux premiers jours de la Révolution tranquille.

Au croisement des influences des partis politiques, des groupes révolutionnaires et des syndicats, depuis plus d’un demi-siècle, le milieu étudiant a su à la fois faire entendre ses revendications, et développer ses propres stratégies et pratiques. Cet ouvrage raconte les multiples élans et conflits qui ont marqué le mouvement : les bras de fer engagés avec les autorités, mais aussi les rapports de force et tensions entre et au sein des associations nationales. Puisant dans de nombreuses archives et nourri d’une vingtaine d’entrevues, l’auteur nous fait découvrir l’étoffe de l’un des plus redoutables mouvements sociaux d’Amérique du Nord. »

Je ne saurais trop vous recommander ce livre engagé et passionnant à lire. Sans en partager toutes les analyses et conclusions, j’y reconnais du bon matériel intellectuel militant pour une jeunesse engagée. Ce qui ne peut être que bénéfique pour l’avenir du Québec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *