Nuages dans l’opinion publique

--

Date: 24 novembre 2017
Auteur: Daniel Nadeau

Le gouvernement libéral de Philippe Couillard attire vraiment la guigne. Après avoir atteint l’équilibre budgétaire, remis l’économie québécoise sur ses rails, dégagé des surplus et annoncé des baisses d’impôt et des réinvestissements dans nos services publics, il est encore happé par le passé. Le dépôt par la vérificatrice générale de son rapport sur la Société immobilière du Québec (SIQ) et qui note des irrégularités administratives graves qui nous aurait coûté dix-huit millions de dollars. Pauvre Philippe Couillard, il y a des jours où il doit regretter d’avoir accepté son retour en politique. Tout cela pour cela.

C’est pour être poli que j’emprunte ce ton quasi neutre pour décrire un scandale politique qui sent, si l’on se fie aux reportages de Radio-Canada, le patronage à plein nez impliquant des collecteurs de fonds renommés et connus dans les cercles libéraux, les Fava et Rondeau étaient des libéraux influents au sein de la machine de guerre libérale.

Heureusement, la réaction du gouvernement libéral de Philippe Couillard par la voix du ministre Pierre Arcand était appropriée. En déclarant que son gouvernement jugeait inacceptable ces pratiques et en promettant de tout faire pour faire rembourser les Québécoises et les Québécois de concert avec les autorités notamment la police et les tribunaux, monsieur Arcand a fait preuve d’un geste responsable comme gouvernement. Nous devons le saluer bien bas.

Le problème majeur pour Philippe Couillard et son gouvernement, au-delà des débats que nous pourrions avoir sur l’austérité ou la rigueur, ou sur le rythme du ralentissement des dépenses pour atteindre l’équilibre budgétaire, ce sont les nuages au-dessus de son gouvernement et des personnes apparentées ou liées au Parti libéral du Québec en matière d’intégrité.

Pour amplifier le problème de perception, le PLQ qui fête ses 150 ans en fin de semaine, aura pour inviter l’ancien premier ministre Jean Charest qui fait l’objet lui-même d’une enquête qui n’en finit plus de finir de l’UPAC concernant la question du financement des partis politiques et de l’octroi de contrats gouvernementaux. Personne n’a jamais prouvé que Jean Charest ait commis un moindre geste illégal. Son procès sur la place publique en faisant un coupable est aussi prématuré que l’annonce de la mort politique du Parti Québécois en ce qui me concerne. Néanmoins, tout cela crée un sentiment confus de la population à l’endroit de ses élus et vient renforcer le cynisme ambiant qui dessert en fin du compte toute la classe politique.

Pour avoir milité plus de 25 ans au PLQ, contribué à de nombreuses campagnes électorales et soutenu avec passion le leadership de Jean Charest, je suis déçu de la situation dans laquelle se retrouve aujourd’hui le Parti libéral du Québec qui pendant longtemps a été ma famille politique. Aujourd’hui cependant le Québec doit avancer et chasser les nuages au-dessus de son avenir. Il semble bien que le seul moyen efficace pour le faire soit de travailler à faire élire un autre gouvernement que celui du libéral de Philippe Couillard. C’est triste pour monsieur Couillard et beaucoup d’amis que j’ai encore dans ce parti, mais c’est inéluctable si l’on croit à l’avenir du Québec. La patrie avant les partis…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *