Big Brother nous surveille et Facebook vend nos renseignements personnels

--

Date: 23 mars 2018
Auteur: Daniel Nadeau

Le roman 1984 de George Orwell et surtout le film de Michael Radford auront marqué les consciences de ma génération à tout le moins. Celles et ceux qui ne connaissent pas l’histoire, je vous la rappelle : « En 1984, le monde est divisé en trois parties : l’Océania, l’Estasia et l’Eurasia. Ces trois nations sont en guerre. Winston, un simple employé au service de Big Brother, va commettre un crime par la pensée et vivre un amour avec une jeune femme. Winston vit dans un très modeste appartement. On découvre que la société est divisée en trois parties : le Parti intérieur, le Parti extérieur et les Prolétaires, les Prolétaires vivent dans des zones spéciales. Le maître de l’Océania est Big Brother, dont le portrait est affiché sur tous les murs et télécrans. Son visage est le suivant : il a une petite moustache, son visage semble vouloir rassurer, mais aussi montrer une certaine sévérité. Les gens disposent chez eux de télécrans, sorte de télévision qui peut les regarder, les entendre et les réprimander au besoin (le télécran fonctionne comme une visioconférence). L’opposant politique de Big Brother est Emmanuel Goldstein, qui prétend que la guerre n’existe pas et qu’elle ne sert qu’à maintenir l’intégrité du régime. Les restrictions alimentaires sont très dures, ainsi que les libertés et les mouvements des gens, sauf pour les prolétaires, qui sont considérés comme des animaux. »

Toute similitude entre le roman 1984 et ce que l’Amérique du Nord vit aujourd’hui est fortuite. Il n’est pas question ici de complot malgré un livre de fiction prémonitoire. Sauf que dans les faits une richissime oligarchie ronge une partie du pouvoir démocratique durement acquis par la population en tentant de la remplacer par des choix de consommation. Ce fait se produit en même temps qu’on observe une tendance à donner à des entreprises des droits civiques qui devraient être réservés aux humains. Au même moment, on privilégie la rente financière acquise dans les bourses du monde au détriment de l’économie réelle de production de biens et services. Le tout se conjugue dans une ambiance de valorisation du capitalisme monopolistique bien représenté par les firmes multinationales. Et l’État omnipuissant de Big Brother impose sa toute-puissance grâce à l’information et aux mécanismes de surveillance qu’il exerce sur tous les individus. La police de la pensée est reine et l’intimité est une notion inconnue des BigBrotheriens et des BigBrotheriennes.

Ces dernières semaines de nombreux incidents impliquant des firmes spécialisées dans le cumul de métadonnées en relation avec les réseaux sociaux nous interpellent. Dans notre utilisation quotidienne des réseaux sociaux comme Facebook, il ne faut pas oublier que nous sommes le produit et que le modèle d’affaire de cette grande firme du Web c’est de vendre les données colligées sur nous à des intérêts privés. Cette semaine, nous avons appris que non seulement nos choix de consommateur étaient possiblement largement influencés par des entreprises qui nous connaissent mieux que jamais, mais aussi que cela pourrait bien influer sur nos choix politiques et nos libertés démocratiques. Sans peser sur le bouton de panique, il serait peut-être temps que nous nous donnions des moyens régaliens (les fonctions de l’État) pour mieux encadrer ces pratiques qui sont là pour de bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *