Élections à date fixes et positionnement des partis

--

Date: 28 mai 2018
Auteur: Daniel Nadeau

De nos jours, la politique est beaucoup affaire de communication et de conquête de l’opinion publique. Ce dernier weekend, nous avons pu observer le phénomène. Le Parti québécois et la Coalition avenir Québec se sont tous deux déclarés les meilleurs représentants du changement tant souhaité par nombre de Québécoises et de Québécois. Le changement est en quelque sorte le passage obligé pour les partis politiques en présence dans leur course à la conquête du pouvoir.

Au Parti québécois, on a voulu tenter de changer la donne en présentant plus de quatre mois à l’avance le programme électoral qui sera proposé aux électeurs lors de la prochaine élection. Du jamais vu même si la très grande majorité des engagements qui y sont contenus étaient déjà connus. Un programme et un discours pour présenter l’adversaire de l’heure, la Coalition avenir Québec, comme un copier-coller du gouvernement libéral actuel. Pour Jean-François Lisée, la CAQ et le PLQ, c’est la même chose. Le but ultime poursuivi par ce parti c’est de nous convaincre que si l’on veut un vrai changement il faut voter pour le Parti québécois.

De son côté, la Coalition avenir Québec, se présente comme l’équipe du changement. François Legault a beau jeu puisqu’il est vrai que cette formation politique n’a jamais connu le pouvoir et qu’elle présente une équipe de candidates et de candidats solides, compétents et aux expériences variées. Les adversaires de la CAQ ne peuvent plus affirmer que cette formation politique est l’affaire d’un seul homme. Cela en soi constitue un énorme changement dans l’histoire politique récente du Québec. La formation de François Legault n’impressionne pas seulement par la qualité de son équipe, mais aussi par son habileté à rejoindre les préoccupations actuelles de l’électorat québécois. Cette fin de semaine, durant son congrès, la CAQ a débattu de questions concernant la santé et l’intégrité. Deux sujets qui sont des talons d’Achille de l’actuel gouvernement libéral.

Le Parti libéral de Philippe Couillard n’est pas resté silencieux. Il a profité du weekend pour dévoiler un nouveau site Web dans lequel il interroge la Coalition avenir Québec sur ses engagements. Bien sûr, tout cela est cousu de fil blanc, mais permet aux libéraux d’être présents dans l’actualité politique.

Bref, les élections à date fixe font en sorte que les campagnes électorales s’allongent et commencent longtemps à l’avance. Cela permet aux partis politiques en présence de se positionner dans l’espace public de façon fine et de peaufiner leur message. Jamais les communications efficaces n’auront été aussi importantes dans notre histoire politique. Avec les médias qui diffusent en continu et le nombre important de journalistes et de commentateurs qui s’intéressent de près à ce sujet, la population aura tout le loisir d’avoir accès à toute l’information utile pour faire leur choix le moment venu. Cela peut sembler idéal.

Néanmoins, il ne faudrait pas négliger que le cynisme politique est si grand dans la population. Il ne faut pas non plus évacuer trop vite l’hypothèse qu’elle ne soit pas à l’écoute et que tous ces efforts de positionnement soient un phénomène intéressant à étudier pour celles et ceux qui sont passionnés par la politique, mais que le commun des mortels ne soit pas à l’écoute. Il sera intéressant de voir les mesures des cotes d’écoute et du tirage des médias imprimés après cette élection afin de comprendre si les campagnes plus longues, les positionnements plus raffinés des formations politiques en présence susciteront l’intérêt de l’électorat. À suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *