Legault redore son image auprès de l’opinion publique!

--

Date: 21 septembre 2018
Auteur: Daniel Nadeau

Tous s’entendent. Les derniers jours ont été difficiles pour François Legault et la Coalition Avenir Québec. À la veille du face à face à LCN-TVA, tous les commentateurs l’affirmaient : « Pour Legault c’est do or die ». Et bien, le vrai François Legault s’est levé et il a parlé aux Québécoises et aux Québécois avec son cœur et avec humilité. Il sort grand gagnant du débat ex aequo avec la co-porte-parole de Québec Solidaire Manon Massé.

Avant de vous partager nos impressions sur ce débat, permettez-moi la remarque suivante : Pierre Bruneau qui n’était pas un acteur de ce débat a eu une performance fort discutable. Patrice Roy peut dormir tranquille si un Gemeaux était distribué sur l’animation du débat des chefs, il serait le grand gagnant. Le débat maintenant.

Manon Massé s’est une fois de plus distinguée dans ce débat. Elle sait trouver les mots pour rejoindre l’électorat et elle parle vrai. Les gens se reconnaîtront dans son discours. Jamais, elle n’a esquivé les questions difficiles quant à l’irréalisme de son cadre budgétaire où encore eu égard à la structure quasi stalinienne du pouvoir décisionnel au sein de Québec solidaire, ce dont a essayé très maladroitement d’évoquer le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée.

Le premier ministre Couillard a été fidèle à lui-même. Une fois encore, il a trébuché sur la question essentielle pour lui des droits fondamentaux, de la charte des droits en regard des questions liées à la laïcité et des signes religieux ostentatoires. Il a clairement affirmé que lui ne gouverne pas par sondages et qu’il se faisait le défenseur des droits des minorités contre la volonté de la majorité francophone québécoise. Pierre-Elliott Trudeau aurait été fier de ce fier Québécois. C’est une vision d’un libéralisme qui s’appuie sur une vision juridique des choses. Il y a d’autres façons de voir ou de vivre le libéralisme que la version défendue par monsieur Couillard. Robert Bourassa et Claude Ryan seraient en désaccord avec lui.

La pire performance de la soirée c’est celle du chef du Parti québécois, Jean-François Lisée. Il s’est lui-même « autopelurebananisé » selon le mot célèbre de Jacques Parizeau en cherchant à déstabiliser Manon Massé dès le début du débat avec une attaque obscure lié à une structure décisionnelle pratiquée chez Québec solidaire et connue d’à peu près cent personnes au Québec à l’exception des membres de Québec solidaire. Par la suite, monsieur Lisée conscient de son erreur ne s’en est jamais remis et il ressemblait à un animal blessé. Il a perdu sa superbe des autres débats.

La victoire de François Legault vient d’arrêter selon toute vraisemblance la chute de sa formation politique dans les sondages. Le débat sur le débat qui se déroulera dans les prochains jours nous en apprendra plus sur l’ampleur et la conséquence de cette victoire lors du débat. On peut en conclure que les deux principales formations politiques identifiées par les électeurs comme les vecteurs du changement sortent gagnantes de ce débat. Ce qui ne déplaira pas à la très grande majorité des Québécoises et des Québécois qui veulent du changement. Le prochain sondage sera intéressant à lire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *