Séguin, Lamonde, Thoreau et l’opinion publique

--

Date: 28 septembre 2018
Auteur: Daniel Nadeau

Richard Séguin est un artiste de grand talent et un citoyen impliqué dans les affaires de la cité. Ses prises de position contre la privatisation du Mont-Orford et son engagement au développement des sentiers poétiques à Saint-Venant-de-Paquette en témoignent éloquemment. Il vient de nous révéler la source de son inspiration en produisant un disque magnifique Retour à Walden qui se veut un hommage bien senti au philosophe américain Henry David Thoreau.

Thoreau et ses compatriotes Ralph Waldo Emerson et Orestes Augustus Browson sont à la source de la philosophie transcendantaliste qui nous vient de la Nouvelle-Angleterre. Une philosophie méconnue, mais dont l’historien Yvan Lamonde vient de nous donner une clé de compréhension avec la publication il y a quelques semaines de son livre aux Presses de l’Université Laval intitulé : Emerson, Thoreau et Browson au Québec. Éléments pour une comparaison des milieux intellectuels en Nouvelle-Angleterre et au Bas-Canada (1830-1860).

Lamonde ne se contente pas de nous faire découvrir ces penseurs qui ont eu une influence certaine sur la pensée intellectuelle au Québec, mais il affirme que cela est à la source même de notre américanité; « Si l’histoire de l’américanité du Québec ne fait pas de doute, c’est l’approfondissement de la conception de l’américanité intellectuelle du Québec qui commande une mise au point. Celle-ci passe par l’exploration de deux grandes idées d’Emerson, la confiance en soi et l’affirmation de la valeur de la pensée en Amérique. En ce sens, la réception d’Emerson, de Thoreau et de Brownson au Bas-Canada vers 1850 est indicative de cette teneur intellectuelle de l’américanité du Québec. » (Yvan Lamonde, Emerson, Thoreau et Browson au Québec. Éléments pour une comparaison des milieux intellectuels en Nouvelle-Angleterre et au Bas-Canada [1830-1860], Québec, Presses universitaires Laval, 2018, p. 8 [Cultures québécoises]).

Plus encore, on ne peut dissocier cette montée de l’américanité sans l’associer à l’émergence d’une opinion publique. Au 19e siècle, la scolarisation de la population et le taux de littératie sont faibles. La transmission des idées phares de Thoreau et de ses compères est passée par la création de conférences, de clubs comme l’Institut canadien qui a tant fait rager en son temps, nos autorités religieuses. Cette transmission est aussi passée par la publication de livres, par la création de revues et par l’émergence d’une littérature.

Pour nous en convaincre, Yvan Lamonde cite l’exemple de Louis-Antoine Dessaulles qui « … fut à la conférence publique au Bas-Canada ce qu’Emerson fut en Nouvelle-Angleterre. L’association comme forme culturelle, comme médium, prend racine de façon inédite en Amérique du Nord en réponse à une géographie à avancées variables, à une culture marquée par la religion et à la prédication qui se “laïcise”, à une société républicaine et démocratique, à un essor commercial et urbain dont la monnaie symbolique est l’échange. » (Ibid. p. 123.)

En fait, on comprend que le fond d’américanité en nous est lié intimement au développement d’un espace public et à l’émergence d’une opinion publique qui est dépendante à la fois de la scolarisation, de la littératie et du développement d’une « industrie culturelle de l’édition ».

À cet égard, les points de similitudes entre l’émergence du transcendantalisme en Nouvelle-Angleterre et des racines de l’américanité au Québec vont de pair : « La similitude dans le développement culturel et intellectuel comparé de la Nouvelle-Angleterre et du Bas-Canada prend forme dans l’essor partagé de l’association volontaire et culturelle, dans la conférence publique, dans le type inédit de l’essai marqué par l’oralité sans s’y réduire. » (Yvan Lamonde, op. cit. p. 123)

Ainsi, Richard Séguin par son disque Retour à Walden et Yvan Lamonde par son livre sur les milieux intellectuels en Nouvelle-Angleterre et au Bas-Canada nous rappellent à la fois que penser par soi-même est une valeur partagée tant aux États-Unis qu’au Bas-Canada, que ressentir l’appel de la nature, et de trouver un schéma d’explication de nos vies dans nos sensations sont des données qui sont aux fondements de notre américanité. Pour que cela puisse exister, il aura fallu aussi l’émergence d’un espace public et la constitution d’une opinion publique. Riche rappel d’un passé qui est têtu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *