Maestro Alain Lefèvre livre un plaidoyer pour la musique classique et les Arts

--

Date: 1 octobre 2018
Auteur: Daniel Nadeau

Ce dernier vendredi, j’ai assisté à un moment de grâce en compagnie de l’artiste exceptionnellement talentueux, le pianiste Alain Lefèvre qui était en récital à Orford Musique. Fidèle à lui-même, Alain Lefèvre a livré une prestation musicale qui valait son pesant d’or. Je ne suis pas critique musical. Aussi, je ne me livrerai pas à des commentaires sur la musique elle-même. Alain Lefèvre qui nous a d’ailleurs partagé son dédain pour ceux qui s’improvisent critique de musique classique, n’apprécierait pas. Je vous partage le témoignage d’un mélomane averti qui a passé un très beau moment en compagnie d’Alain Lefèvre. La musique du piano d’Alain Lefèvre est une véritable nourriture pour l’âme. Quand on sort d’un spectacle de ce virtuose, on se sent apaisé. Toutes les misères et les injustices du monde pourraient être vaincues avec cette musique.

En première partie, Lefèvre nous a joué les 24 Préludes de Chopin et La valse de Maurice Ravel alors que nous avons eu droit à ses créations originales en seconde partie, dont deux pièces inédites qui ne sont pas encore enregistrées sur disque.

Dans ses commentaires, Alain Lefèvre a fait un plaidoyer pour l’enseignement de la musique classique et il a décrié le peu de place accordé à cette musique dans nos médias aujourd’hui, écorchant au passage Radio-Canada. Il s’est aussi confié de son dépit envers le président américain Donald Trump, sans jamais le nommer, de qui il déplorait l’absence totale de culture et d’empathie envers l’humanité.

Également, il s’est montré impitoyable envers la classe politique québécoise présentement en campagne électorale. Il a déploré l’absence de la culture dans cette campagne électorale. Il s’est enfin dit fier du nouveau disque qu’il vient de produire avec Walter Boudreau. Après sa croisade en faveur d’André Mathieu, son association à François Dompierre, Lefèvre s’associe à Walter Boudreau. Le noyau du concerto est La valse de l’asile, un « ver d’oreille » composé auparavant par Boudreau comme musique de scène pour une production de L’asile de la pureté de Claude Gauvreau. Ainsi, Alain Lefèvre continue de faire la promotion des compositeurs d’ici et notamment les compositeurs vivants du Québec.

Le moment le plus touchant de la soirée est la pièce qu’il a composée à la faveur du souvenir d’un jeune garçon qu’il a connu à la Cité des Prairies, centre pour jeunes en difficultés à Montréal. Ce jeune s’est suicidé un jour, fatigué d’attendre son père qui n’est jamais venu.

Écouter la musique d’Alain Lefèvre est une véritable oasis de régénération de l’âme, un plaisir immense et tout cela livré par un interprète d’une grande sensibilité et à l’esprit critique aiguisé. Un charme que cette soirée passée en compagnie d’Alain Lefèvre au Centre d’Arts Orford.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *