La fête de la musique et l’amour du public pour ses artistes

--

Date: 1 novembre 2018
Auteur: Daniel Nadeau

Dimanche soir dernier, c’était la quarantième édition de l’ADISQ, l’association québécoise de l’industrie du spectacle et du vidéo. Comme chaque année depuis les treize dernières, l’humoriste Louis-José Houde a animé ce gala d’une main de maître. Ce fut un bon moment de télévision. Un événement comme il y en a de moins en moins à la télévision québécoise en cette époque de la fragmentation des publics et de l’émergence des canaux spécialisés. L’ère du Web est plutôt une mauvaise nouvelle pour l’industrie représentée par l’ADISQ. Malgré tout, elle tient bon.

Le gala de cette année a été comme les autres un moment où on a célébré la diversité et la relève de l’industrie du spectacle. Les nominations dans chaque catégorie témoignaient bien de ce phénomène en ayant plusieurs jeunes parmi les candidats aux différents prix qui ont été remis au cours de la soirée.

Onze trophées Félix ont été remis durant la soirée à différents artisans de la chanson québécoise. Les Pierre Lapointe, Loud, Hubert Lenoir, Philippe Brach, Klô Pelkag ainsi que Patrice Michaud. Il ne faudrait pas oublier la gang de Demain matin, Montréal m’attend et surtout l’hommage très émouvant qui a été rendu au groupe mythique Harmonium, nos Beatles à nous.

Les prestations musicales ont été divertissantes. Le numéro d’entrée où toutes les chansons de l’année des trente-neuf dernières années ont été interprétées de façon magistrale par Mario Pelchat, Martine St-Clair, Guylaine Tanguay et Maxime Landry. Les prestations de 2Frères, Adrenanne A. Mallette, Isabelle Boulay, Ludovick Bourgeois, Roxane Bruneau, Galaxie, Lydia Képinsky, Pierre Lapointe, Hubert Lenoir, Loud et Tire le coyote ont été à la hauteur. Un spectacle sans bavures sous la direction musicale de David Laflèche.

J’ai évoqué plus tôt le vibrant hommage à Harmonium qui a été brillamment rendu par Marie-Pierre Arthur, Philippe Brach, Catherine Major, Patrice Michaud, Ariane Moffatt et Yann Perreau, accompagnés par l’Orchestre symphonique de Montréal, sous la direction de Simon Leclerc. L’émotion de Serge Fiori et son rappel qu’il faut se rappeler que le Nous est important pour le Québec. Le fion du numéro avec tous les visages sur les paroles de On a mis quelqu’un au monde, il faudrait peut-être l’écouter… n’était pas piqué des vers et on s’en souviendra longtemps.

Comme tout bon gala de l’ADISQ, il y a eu des déclarations politiques notamment celle de Yann Perreau à l’endroit de Justin Trudeau, premier ministre du Canada, présent à l’événement, concernant l’achat du pipeline Trans Mountain et de l’incohérence de cette décision pour un pays qui veut combattre les changements climatiques. J’aime bien Hubert Lenoir, mais son irrévérence dans ses remerciements notamment quand il a feint de vomir le Félix reçu mériterait un petit travail d’éducation. On a droit d’être différent, de vouloir se distinguer, mais pas de manquer de respect à Félix Leclerc qui est en fait la représentation du trophée.

Le seul moment à oublier de la soirée qui autrement a été une immense réussite. Beaucoup plus grande que la réussite de l’industrie elle-même qui vit de grandes transformations à cause de l’économie numérique.

On souhaite que la diversité musicale et la relève continuent de nous émerveiller par leurs talents et que Louis-José Houde accepte d’animer la 41e édition du Gala de l’ADISQ l’an prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *