Réparer le passé par des excuses!

--

Date: 9 novembre 2018
Auteur: Daniel Nadeau

L’un des livres les plus marquants que j’ai lus alors que j’étais un jeune étudiant en histoire est celui des historiens Irving Abella and Harold Troper intitulé : None is Too Many: Canada and the Jews of Europe 1933-1948 publié en 1983 et a été réédité en 2012 chez University Toronto Press. Un livre remarquable qui raconte l’histoire de la politique restrictive du Canada en matière d’immigration au moment de l’holocauste. Un livre qui fait la démonstration claire que le Canada libéral de Mackenzie King a été en quelque sorte complice de l’holocauste du régime nazi en refusant d’accueillir plusieurs juifs qui furent des victimes innocentes de cette folie allemande.

Ce récit singulier d’Abella et Troper prend appui sur le prétexte du refus des autorités canadiennes d’accueillir le navire MS St. Louis en 1939. Le navire MS St. Louis transportait 907 Juifs qui fuyaient les persécutions nazies. Il a été détourné à la fois de Cuba et des États-Unis avant qu’un groupe de Canadiens ne tente de convaincre le gouvernement de Mackenzie King de l’accueillir. C’est Frederick Blair, le chef des services de l’immigration, des mines et des ressources qui a opposé une fin de non-recevoir à l’accueil des réfugiés juifs du MS St. Louis. Les auteurs affirment que les politiques de Blair avaient le support le plus entier du premier ministre du Canada de l’époque Mackenzie King, 1935-1948, ainsi que de Vincent Massey, Haut-commissaire à Londres et des élites tant francophones qu’anglophones du pays à l’époque. Le bateau a rebroussé chemin et est rentré en Europe. Beaucoup de gens ont pu trouver un lieu d’accueil en sécurité aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en France, mais 254 d’entre eux sont finalement morts dans l’holocauste après leur retour en Allemagne.

Dans leur livre, “the authors argue that while many nations were complicit in the Holocaust for their refusal to admit Jewish refugees during the Nazi era, the Canadian government did less than other Western countries to help Jewish refugees between 1933 and 1948. The most infamous example of Canada’s immigration policy was the refusal to admit the MS St. Louis a German ocean liner carrying refugees. Only 5,000 Jewish refugees entered Canada from 1933 until 1945, which the book argues was the worst of any refugee receiving nation in the world. This response was possible in part because of Canada’s history of Antisemitism.”

Le premier ministre Justin Trudeau a présenté hier ses excuses au nom des Canadiennes et des Canadiens comme le rapporte le réseau TVA : « Évoquant la honte, la culpabilité collective et un échec humain, Justin Trudeau a présenté ses excuses officielles au nom du Canada aux juifs que le pays a refusé de secourir alors qu’ils fuyaient le nazisme. Le premier ministre a conclu son long discours aux Communes par les mots “plus jamais”, devant une assemblée de députés solennels aux mines longues. “De porter une telle haine et une telle indifférence face à des réfugiés, c’est partager la responsabilité morale de leur mort. Bien que des années ont passé depuis que nous avons tourné notre dos aux réfugiés juifs, le temps n’a aucunement absous le Canada de sa culpabilité et diminué le poids de sa honte”, a déclaré le premier ministre. »

Ces excuses sont plus que justifiées malgré les critiques de certains membres de l’opposition. Cela devrait amener les gens de notre pays à réfléchir au sort des réfugiés et des immigrants à une époque où les discours trumpien instrumentalisent le sort de ces migrants internationaux. C’est d’ailleurs aux États-Unis qu’un mâle blanc suprémaciste a lâchement assassiné des juifs dans une synagogue à Pittsburgh en Pennsylvanie. Un acte terroriste que nous devons dénoncer. Même chose pour l’attentat de la Mosquée de Québec, un autre acte terroriste. Le terrorisme fait beaucoup de victimes et les juifs et les musulmans ne sont pas épargnés. Les excuses de Justin Trudeau et surtout ces mots ‘plus jamais’ devraient nous inspirer tous.

En 2011, un mémorial a été érigé qui est appelé par les médias le memorial none is to many au Halifax’s Canadian Museum of Immigration at Pier 21 afin de commémorer cet épisode de l’histoire canadienne impliquant le MS St. Louis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *