Le pays qui n’advient pas

--

Date: 20 mars 2019
Auteur: Daniel Nadeau

La dernière édition de Tout le monde en parle nous a permis de nous rappeler tout le bien que beaucoup de gens pensent de notre ancien premier ministre du Canada, Brian Mulroney. Il nous a offert, petite fille en moins, une performance solide et à bien des égards son personnage était éminemment sympathique. C’était de la bonne télévision.

Ce qui n’empêche pas que lors de cette émission nous en soyons revenus aux bases de la politique canadienne. D’un côté, le rappel douloureux du sort réservé aux francophones ailleurs au Canada. Ici, c’est l’action du gouvernement ontarien conservateur de Doug Ford dont il fut question. L’ancien premier ministre du Canada, Brian Mulroney, a eu fort à faire pour défendre le bilan de sa fille Caroline en matière de défense des droits des francophones ontariens. C’est dans ce segment de l’émission qu’il a eu des paroles malheureuses à l’endroit de la députée conservatrice démissionnaire, Amanda Simard, la qualifiant de petite fille. Propos qu’il s’est empressé d’atténuer le lendemain en s’excusant.

Durant cette même émission, la députée nouvellement indépendante de Marie-Victorin à l’Assemblée nationale du Québec, Catherine Fournier a fait le point sur les motifs de son départ du Parti québécois tout en répétant que le véhicule politique qu’il représentait était bel et bien mort. À entendre cette jeune députée, autrefois présentée comme l’égérie de la jeunesse souverainiste, l’option souverainiste est très vivante mais c’est le PQ qui la tue à cause de son passé.

Opinions nettement pas partagées par Jean-François Lisée dans son livre tout récemment publié sur la dernière campagne électorale et surtout dans la correspondance entretenue par Hélène Pelletier-Baillargeon et Pierre Vadeboncœur qu’a publiée les éditions du Boréal l’an dernier sous le titre Le pays qui ne se fait pas. Correspondance 1983-2006.

Madame Fournier aurait avantage à lire cette riche correspondance entre deux farouches partisans de la souveraineté et de l’indépendance du Québec. Le 24 mars 2001, Pierre Vadeboncœur écrit ceci à Hélène Pelletier Baillargeon : « Les indépendantistes de la première heure meurent les uns après les autres. Mais les survivants imbus d’un même esprit de première heure continueront de suivre une ligne qui soit dans la logique inchangée de ces prédécesseurs, comme on suit, de cérémonie en cérémonie, une succession de funérailles. Le Québec mourra peut-être de ses rigidités, l’œil fixé sur l’impossible, comme dans la catalepsie. » (Hélène Pelletier-Baillargeon et Pierre Vadeboncœur, Le Pays qui ne se fait pas. Correspondance 1983-2006, Montréal, Éditions du Boréal, 2018, p. 272)

Dans une autre lettre, en janvier 2006, Vadeboncœur y va d’un aveu lourd de sens pour celles et ceux qui croient à l’indépendance du Québec, « Nous sommes coincés entre deux impossibilités : le souverainisme et d’autre part un nationalisme plus variable, voire un indépendantisme tenant le moindrement compte des contingences, comme la nécessité d’aller devant l’électorat justement avec un programme de gouvernement. Notre seule échappée possible est-elle donc le rêve, c’est-à-dire l’illusion ? Nous ne nous en privons pas : le discours indépendantiste finit par ressembler à de l’incantation, ou encore à un moyen pour les leaders à la tête du parti de s’y maintenir… Il faudrait que le peuple québécois, aujourd’hui, se sente acculé, ce qu’il est objectivement. Mais, au fait, est-ce que ce peuple, cosmopolite comme il est devenu et corrompu par la postmodernité, répond encore à l’image que nous en avions jusqu’en 1960 ? Si on laisse de côté, cependant, les lieux communs des partis souverainistes, lieux communs qui sont leur discours même, tout ne s’effondrera-t-il pas ?… Voilà où j’en suis, moi souverainiste. Face comme jamais à notre antique impuissance historique, dont la conjoncture actuelle ne représente que la version la plus récente. Et la plus définitive ? » (ibid. p. 297-298.)

Madame Fournier devrait méditer sur ces propos. Elle comprendrait alors l’immense route qu’elle doit parcourir pour tenter de ressusciter une idée beaucoup moins vivace qu’elle le pense, celle de la souveraineté du Québec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *