Bonjour la Police !

--

Date: 18 septembre 2019
Auteur: Daniel Nadeau

Jamais l’opinion publique n’aura été aussi envahie par la police depuis quelques années. La crise de confiance de la population envers ses corps de police n’aura jamais eu autant de raisons d’exister. Depuis l’échec de l’escouade de l’UPAC qui s’est ridiculisée par ses enquêtes sur les enquêtes, le BEI qui enquête sur la police et dont les enquêtes apparaissent interminables, le SPVM qui vit une crise qui est prise en main par la SQ ou plus précisément par son directeur général, Matrin Prudhomme, qui est suspendu par la suite pour des motifs obscurs liés aux enquêtes sur les enquêtes de l’UPAC dans l’affaire du député Guy Ouellette. C’est de la fiction qui dépasse la réalité. Même Luc Dionne ne pourrait écrire un scénario aussi invraisemblable. Pourtant c’est la réalité du Québec.

Corps de police municipale le plus important du Québec, le SPVM, la SQ, le BEI et pour ajouter à un vase déjà plein, nous avons appris la suspension d’un cadre de la GRC soupçonné de faire de l’espionnage pour la Russie. Luc Dionne, tu peux aller te rhabiller…

C’est dans ce contexte particulier qu’hier L’Assemblée nationale du Québec reprenait ses travaux. La première question du chef de l’opposition officielle libérale portait justement sur la crise de confiance de la population sur l’état de la sécurité publique au Québec. Le premier ministre Legault peut bien répondre que c’est les libéraux qui ont mis le gouvernement dans cette crise qui n’en finit plus, mais le plus important c’est la confiance que la population peut encore avoir aujourd’hui dans ses services policiers. Je ne suis pas certain que l’opinion publique ambiante sera si convaincue des propos du premier ministre Legault. La police dans une société c’est important. C’est le bras légitime de la raison d’État pour asseoir sa légitimité dans les moments de crise. Aujourd’hui, nous ne pouvons plus croire en cette institution que constitue la Police. Monsieur Legault doit trouver une solution plutôt qu’identifier des coupables. La vraie question ce n’est pas de savoir à qui la faute, mais plutôt de nous convaincre qu’un jour nous pourrons avoir à nouveau confiance dans les forces de l’ordre. La responsabilité ultime du gouvernement Legault c’est de rétablir la confiance et la légitimité de la police et même du système de justice qui lui aussi en a pris pour son rhume avec les affaires de délais des tribunaux qui ont eu pour effet de remettre plein de criminels dans les rues, à la suite de la décision de la Cour suprême du Canada.

Hier, il a été annoncé que Frédérik Gaudreau comme directeur pour remplacer Robert Lafrenière à L’UPAC, c’est peut-être le début de quelque chose. Comme le dit parfois le premier ministre Legault, on verra…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *