Et puis le débat !

--

Date: 3 octobre 2019
Auteur: Daniel Nadeau

Et puis, avez-vous regardé le face-à-face à TVA ? C’est vrai. Vous étiez occupé. La politique ce n’est pas si intéressant que cela. Vous étiez en train de faire les devoirs avec les enfants. Vous avez regardé les dix premières minutes. Bref, vous n’êtes pas si intéressés que cela à cet exercice. Cela va décevoir Pierre Karl Péladeau. La puissante machine de « formatage des esprits » de Québecor média a voulu nous convaincre que l’issue de la présente élection se décidait à son réseau de télévision hier. Des émissions d’avant-débat pour faire la mise en bouche, les manchettes du Journal de Montréal ce matin (je ne l’ai pas encore vu, je présume) vont continuer de chercher à nous convaincre que « hors de Québecor Media, point de salut ». Il faut savoir ces choses et surtout les comprendre.

Une fois la mise en scène déconstruite, on peut commenter l’événement. Quatre chefs. Choc d’idées, répétition de formule creuse préfabriquée, tout était mis en œuvre pour conditionner nos esprits d’électeurs à adhérer à l’une ou l’autre des propositions qui sont faites au peuple canadien. Personne n’aura réussi à nous convaincre. Néanmoins, des lignes de force se sont dégagées.

Justin Trudeau, le roi de la montagne, il est le meneur au Québec et le co-meneur au Canada, a été meilleur que l’on aurait pu imaginer. Fidèle à lui-même, il a défendu bec et ongles son crédo des droits et libertés, mais il a aussi fait preuve d’une compréhension fine des enjeux politiques québécois. Il a offert une performance au-delà des attentes.

Andrew Scheer a été pitoyable. Il a défendu comme un robot ses lignes. Il a présenté parfois son côté sympa, mais il n’aura pas réussi à convaincre qu’il comprend et surtout qu’il partage les préoccupations des Québécoises et des Québécois. Les chances des conservateurs de se poser comme alternative aux libéraux de Trudeau sont moins probables qu’avant ce débat.

Jagmeet Singh est apparu comme un politicien sympathique. Il partage pour l’essentiel es positions de Justin Trudeau, mais souhaite le déborder sur sa gauche. Néanmoins, le discours est en contradictions du discours de ce chef sur la laïcité et les volontés de centralisation de ses principales propositions.

Quant à Yves-François Blanchet, il a défendu des positions traditionnelles du Québec et la feuille de route du gouvernement Legault. Il s’est retranché derrière les positions du gouvernement Legault. Monsieur Blanchet aurait avantage à se présenter au Québec. Le meilleur qualificatif pour décrire l’impression qu’il a dégagée est qu’il avait l’air un peu ringard. Bref, un face-à-face qui ne changera pas le monde et qui viendra confirmer les tendances actuelles observées dans les sondages soit la réélection du gouvernement Trudeau. La seule question c’est ce qu’il sera majoritaire ou minoritaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *