Enfin une issue au Brexit

--

Date: 16 décembre 2019
Auteur: Daniel Nadeau

La victoire des tories britanniques de Boris Johnson au Royaume-Uni semble bien avoir scellé le sort de l’appartenance de ce pays à la Communauté européenne. À la suite d’une victoire majoritaire, le nouveau premier ministre anglais pourra enfin clore ce long chapitre des débats au Royaume-Uni quant à sa sortie de l’Europe.

Ce qui ne signifie pas que le Royaumne-Uni ne vivra pas de grands bouleversements de sa sortie de l’Europe. D’ailleurs, en sortir est une chose, mais savoir de quoi seront faites les relations futures du Royaume-Uni avec le reste de l’Europe particulièrement avec la France et l’Allemagne est une tout autre affaire. Au cours des prochaines années, il sera intéressant de suivre ce qui adviendra de l’Europe sans le Royaume-Uni. L’idée même de la communauté européenne risque d’en faire les frais. Une histoire à suivre.

Il reste aussi à voir ce qui adviendra des droits nationaux des Écossais et des Irlandais qui au lendemain de la victoire de Boris Johnson et du Parti conservateur ont plus de raisons que jamais de ressusciter l’idée de l’indépendance. Si l’on se fie aux premiers éléments du discours entendu chez Boris Johnson, il semble qu’il annonce son intention d’emprunter la voie dure de l’Espagne en matière de droits nationaux et du droit à la souveraineté. Cela ne sera pas sans heurts pour le Royaume-Uni. L’Écosse n’est pas la Catalogne et le Royaume-Uni aura de la difficulté à maintenir la ligne dure sur ces questions.

Bref, la victoire de Boris Johnson loin de simplifier la vie politique anglaise vient la complexifier davantage et fait en sorte que le Royaume-Uni rejoint la trop longue liste des pays occidentaux qui vivront de l’instabilité politique au cours des prochaines années. La France est aux prises avec de violents mouvements de manifestations dans les rues, les États-Unis n’ont jamais été aussi divisés par un président populiste et imprévisible et l’Espagne continue de maintenir la ligne de la répression contre les droits nationaux du peuple catalan. L’Europe vivra au cours des prochaines années une profonde cirse tout comme les démocraties occidentales. Cela n’augure rien de bon pour nous au Canada qui semblons épargnés de ces grands maux pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *